AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entretien privé avec le Maître des potions [PV Rogue]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

« Hermione J. Granger »

♦ Élève ϟ Gryffondor



Age : 22
Messages : 246
(c) Moonswolf044219
Baguette : Bois de vigne, ventricule de coeur de dragon, 27,8 cm, rigide.
Camp : Ordre du Phénix
Maison : Gryffondor
Patronus : Loutre argentée

particularités : Aucune

MessageSujet: Entretien privé avec le Maître des potions [PV Rogue]   Lun 13 Fév - 11:19

Spoiler:
 

Si il existait un endroit parmi tout les autres à Poudlard pour me donner la chair de poule et me rendre nerveuse, il s'agissait bien du sous-sol où l'on trouvait habituellement les cachots ainsi que la salle-commune des Serpentard. Dans cet endroit glacial, humide et glauque où régnait une obscurité propice aux mauvais coups, on pouvait y dénicher un homme : le Professeur Rogue. Expert en magie-noire, Maître des potions et ancien mangemort, celui-ci semblait incapable d'éprouver de la joie, de la compassion ou tout autre sentiment que l'on serait en mesure d'attendre de la plupart de gens "normaux". Disposant d'un mauvais caractère, cet homme toujours vêtu de noir manifestait en permanence sa mauvaise humeur, sa fourberie et sa partialité, ne semblant guère apprécier la compagnie des autres, encore moins la médiocrité de ses élèves. Au début, je me demandais ce qu'il fichait ici alors qu'il n'appréciait pas son travail. A ses yeux, nous n'étions qu'une bande de cornichons incapables de faire la différence entre une potion, un philtre, une infusion, une solution et un pot de moutarde. Pour aussi étrange que cela puisse paraitre, sa présence dans cette école de magie me donnait l'impréssion qu'il l'imaginait comme une mauvaise plaisanterie ou comme un châtiment quelquonque. Evidemment, la science des potions etait un art délicat qui exigeait des qualités qui n'étaient d'ailleurs pas donner à tout le monde. Il s'agissait après tout d'une matière très difficile qui nécéssitait beaucoup de rigueur, de l'instinct, beaucoup de précision, énormément de patience, un certain talent pour les calculs mathématiques, de l'intelligence, une certaine vivacité d'esprit (qui conférait parfois au génie), beaucoup de concentration et de discipline sans oublier des qualités physiques indispensables telles qu'une bonne acuité visuelle, de bons réflexes pour manipuler divers objets tels que des flacons, une pipette, une cuillère à dosage, un couteau, un pilon, une éprouvette ou que sais-je encore. Cette matière n'offrait que peu de place à l'erreur ainsi qu'à la maladresse. Par conséquent, les exigences du professeur Rogue, bien qu'un peu excéssives, me semblait tout même justifiées. A titre de comparaison, le professeur Macgonagall se montrait elle-même très stricte dans sa matière de prédilection car il s'agissait là aussi d'un sujet d'etude difficile où l'absence de discipline, de rigueur et de concentration pouvait exposer un sorcier à de très facheuses conséquences.

Bien que je n'appréciais par particulièrement le professeur Rogue, notamment parce-qu'il s'en prenait toujours aux plus faibles ainsi qu'à mes amis, ce sombre personnage avait également le don de me mettre mal à l'aise par son attitude et son regard. C'était du moins le cas au début... Oui, parce-que figurez-vous que son attitude envers moi changea au bout d'un certain temps. Le professeur se montrait plus aimable, me complimentait pour mes capacités, y compris en potions et puis j'avais aussi le droit parfois à des sourires, quelques mots échangés à l'occasion d'une brêve rencontre dans les couloirs. Le plus curieux etait de se dire que j'étais jusqu'à présent la seule Gryffondor et l'une des rares élèves de l'école à avoir sû trouver grâce à ces yeux, à bénéficier d'un traitement de faveur sans que je ne sache réellement ce qui pouvait bien me rendre différente des autres, à l'excéption peut-être de mon intelligence, de mon savoir et de mes résultats scolaires. Entre Severus et moi-même, il n'était question que d'une relation respectueuse entre une élève et son professeur. J'avais finis par l'apprécier, par le respecter et par admirer à la fois sa grande intelligence (une qualité rare chez un Serpentard), sa culture et son génie en matière de potions. Pour autant que je le sache, j'étais très vive d'esprit mais ce qui me différenciait du professeur ce n'était pas uniquement l'expérience. La plupart du temps, je m'evertuais à respecter à la lettre les protocoles qui figuraient dans mon livre de potions. Severus, lui, semblait avoir un don pour cette matière, quelque-chose qui le rendait spécial. Parfois même, je bénéficiais de petites astuces qu'il me glissait ici et là lors d'un cours. Je trouvais cela fascinant d'utiliser des raccourcis dans une matière qui nécéssitait de respecter des règles très précises. Lui savait comment franchir les étapes, se faciliter la tâche pour parvenir étonnement au même résultat. Parfois même, sa solution améliorait le protocole qui figurait pourtant dans mon livre. Evidemment, Harry et Ron ne comprenaient rien à la science et à l'art subtil de la préparation des potions, pas plus qu'en ce respect et cet interêt que le professeur semblait me manifester alors qu'il ne pouvait s'empêcher de rabaisser et de mépriser tout les autres pour d'obscures raisons.

En ce début de quatrième année, notre école avait eu la surprise d'accueillir en son sein deux délégations issues d'autres écoles de magie pour un évènement qualifié d'extraordinaire : le Tournoi des trois sorciers. Mmm... j'avais plutôt l'impréssion que tout cela allait mal finir. Pas vous ? Et puis, je n'aimais pas que l'on vienne perturber ainsi notre mode de fonctionnement. C'était deja assez pénible de respecter un emploi du temps sans avoir en plus à se farcir un concours sans grand interêt. Le Ministère et plus particulièrement le Département de la Coopération magique Internationale dirigé par Monsieur Bartèmius Croupton Sènior, un homme à l'allure carré, au visage creusé et à la moustache taillée, qui possédait en autres particularités d'avoir condamner son propre fils à Azkaban pour avoir commis des actes de torture et parce-qu'il avait eu la faiblesse de croire aux viles promesses du seigneur des ténèbres. D'ailleurs, je détestais cet homme pour l'avoir rencontrée cet été lors de la finale de la coupe du monde de Quidditch. J'avais appris qu'il malmenait une pauvre petite créature dotée d'intelligence et de sentiments, un elfe de maison prénommé Winky, qu'il se complaisait à traiter comme un vulgaire esclave. Comment pouvait-on oser traiter des individus dotés de raison aussi mal, hm ?? C'était cruel et méchant...uuuu...une honte ! Parfaitement ! Pauvre Winky... snif... En tout cas, je fus heureuse d'apprendre que son Maître l'avait libérée de son service, même si Winky semblait l'avoir prit comme la plus terrible des humiliations. Quoi qu'il en soit, j'obtins la confirmation que le professeur Dumbledore lui avait offert du travail dans les cuisines de Poudlard en compagnie d'un autre elfe libre qui se nommait Dobby. Tout deux disposaient d'un toit, de bonnes conditions de travail, de jours de repos, d'un salaire, de bons traitements mais aussi d'une couverture maladie que le Directeur avait eu la bonté et la générosité de leur proposer et de leur accorder. Je trouvais cela admirable et très encourageant. Et oui... Au moins, ce que cette rencontre avec Croupton m'avait apprise s'était que le monde des sorciers fonctionnait encore comme au moyen-âge. Puisque je ressentais de la compassion pour ces creatures qui ne possédaient aucun droit et parce-que je trouvais cela scandaleux, je me mis en tête de creer une association afin de les défendre. Je m'etais d'ailleurs résolue à faire des recherches à la bibliothèque afin d'en savoir plus sur le sujet, notamment sur le fonctionnement du Ministère et sur nos Lois. L'année prochaine nous aurions à choisir certaines matières optionnelles qui détermineraient nos choix de carrière. Il fallait donc y réfléchir car notre avenir en dépendait ! En plus, j'aurais à passer mes BUSES en sachant que mes résultats conditionneraient mon admission pour les ASPICS et cela me rendait deja nerveuse. Non mais c'est vrai ! Imaginez que j'echoue ouuuu que je me trompe d'orientation ? Arf... mon dieu... l'angoisse ! Ce serait une catastrophe !! Et puis le pire dans tout ça, s'était que j'etais la seule à m'en préoccuper tandis que les autres etaient tous en train de penser à ce foutu tournoi, à ces jeunes garçons athlétiques et à ces jeunes filles sans cervelle. Mmmpppfff ! Non mais c'etait vrai ! C'était une école ici et non un cirque, par Merlin !! Grrrr... ><

Fort heureusement, ni Harry, Ron ou moi-même n'étions assez âgé pour participer au tournoi des trois sorciers. Ron avait été stupéfait de rencontrer d'aussi près son idole, le Bulgare Viktor Krum, qui était mondialement connu comme le meilleur attrapeur pour le Quidditch. Nous avions d'ailleurs eu l'occasion de le voir à l'oeuvre lors de la finale de la coupe du monde contre l'Irlande avant que des mangemorts ne viennent attaquer le campement où nous nous trouvions. Moi ça me laissait complétement indifférente, même si je faisais des efforts pour m'y interresser un minimum à cause de Harry et surtout à cause de Ron. Quel interêt de courir après une balle ? Oui... oh... à moins d'être un chien, je ne voyais vraiment pas à quoi ça pouvait servir. Avec Harry et Ron, on aurait dit que leur vie dépendait de ce jeu alors que moi j'avais d'autres préoccupations et des choses bien plus sérieuses sur lesquelles m'angoisser, comme mes devoirs ou mon avenir par exemple. Les gens manquaient réellement de sens commun, c'était éffarant... enfin peu-importe. (soupir) En tout cas, je m'inquiêtais de voir Poudlard accueillir des élèves qui pratiquaient la magie-noire mais aussi des jeunes filles aussi connes qu'un balai, telle que cette Fleur Delacour dont Ron semblait entiché. Grrrr... Qu'est-ce qu'il pouvait m'enerver à la regarder comme un idiot lui aussi ! >< Ce grinçement de dents etait à l'évidence un signe de jalousie de ma part. Oh pas uniquement envers ces jeunes Françaises mais aussi à l'égard de Ron. J'étais secrêtement amoureuse de lui mais s'était à peine si il me remarquait. Lorsque je le vis regarder Fleur et les autres jeunes filles comme si il avait été envouté par un quelquonque philtre d'amour, je me sentis très mal, en danger même, car j'avais l'impréssion d'avoir de la concurence. Ron pourrait très bien en préférer une autre et cela me rendait malheureuse. Oh je sais... j'étais idiote pour songer qu'un garçon comme lui pourrait aimer une pauvre fille comme moi, sans le moindre charme. J'étais la Miss je-sais-tout. Personne n'aurait accépté de me courtiser en sachant que je l'aurais surement envoyée balader. Et puis, si j'avais accéptée, le concerné aurait dû affronter les pires moqueries à cause de moi, alors... Tout se que j'avais semble t'il en commun avec ce mufle s'était nos sempiternelles disputes et notre maladresse. Tout se que je possédais s'était une personnalité sensible et généreuse, avec des connaissances et une intelligence hors du commun. La plupart du temps, j'intimidais ou je rendais jaloux les autres mais aussi à cause de mon caractère affirmé, de mes manières de garçon manqué ou encore à cause de mon penchant pour l'autoritarisme. Oui, ça avec moi ce n'était pas tous les jours de la tarte. En réalité, je ne me trouvais pas jolie et pas très interressante mais je m'étais bien gardé de montrer mes faiblesses ou de confier mes etats d'âmes à quiquonque...

Et puis, il y eut le bal organisé en l'honneur du tournoi, à l'approche de Nöel. J'espèrais que Ron me demanderait de devenir sa cavalière mais connaissant sa timidité, sa maladresse et son désinterêt pour ma personne, je n'avais que peu d'espoir d'y aller avec lui. Et puis, ce n'était pas à moi de lui demander. A tout les coups, il se moquerai encore, me rembarrerai et cela finirai encore par une dispute. Alors non... c'était peut-être idiot mais si Ron n'avait pas le courage de m'inviter ni même de m'avouer ses sentiments et bien s'etait qu'il ne me méritait pas. Pourtant, j'admirais son courage et sa force dans l'adversité. Il n'avait pas hésité un instant à risquer sa vie pour me sauver face au troll mais aussi pour se sacrifier afin d'aider Harry à poursuivre son chemin vers la pierre philosophale. Ron semblait oublier ses complexes dans les moments critiques pour montrer à quel point il etait intelligent, désintérressé et doté d'un coeur pur. Que dire de lui lorsqu'il prit ma défense devant cette petite fouine de Malefoy après que celui-ci m'ait traité de sang-de-bourbe ? Ron s'était peut-être montré maladroit et un peu impulsif cet après-midi là (Malefoy avait vomi des limaces toute la journée lol) mais il avait agit comme un véritable chevalier-servant en défendant l'honneur d'une jeune Damoiselle. Voilà que j'avais reconnu en lui certaines qualités des plus hardis et des plus nobles Gryffondor, chez un jeune garçon qui semblait si insensible, si gourmand, si maladroit. Heum... excusez-moi si j'étais en train de me retenir de pleurer en disant cela mais si il y avait bien une chose que je ne n'avais jamais sû controler chez moi s'etait bien mes sentiments pour Ron. Entre nous, il s'agissait d'une véritable aventure de l'extrême dont le dénouement semblait plus qu'incertain voire impossible. Je me posais sans cesse la même question : Comment deux êtres aussi différents pourraient-ils finir par se mettre d'accord et s'aimer ? Parce-qu'il y avait bien quelque-chose entre nous ! Je le sentais ! Moi, tout ce que je voulais s'était qu'on me remarque pour ma personnalité, pour les qualités humaines que je possédais plutôt que par mon aspect physique que je trouvais superficiel. Et puis, je me trouvais bien trop sérieuse, trop stricte et autoritaire. Je ne pensais qu'aux études. Les contes de fées etaient déstinés aux enfants et l'Amour etait à mes yeux une chose fugace qui risquait de me faire du mal. Pourtant, je cherchais toujours en Ron quelque-chose, un signe, une parole, qui puisse m'indiquer si oui ou non mes sentiments etaient réciproques mais lui se comportait comme un crétin, maladroit et insensible, qui n'en ratait jamais une pour m'enerver ou me blesser. Il fallait donc que je sois sûr. L'ennui s'etait que le doute revenait aussi vite au galop...

Etant donné que j'étais une fille très terre à terre, je ne croyais pas au contes de fées, au prince-charmant, aux histoires qui finissaient bien puisque la vie n'avait jamais agit de la sorte avec moi. Bien-sûr, lorsque j'appris que j'etais une sorcière et non une petite fille complétement cinglée, ma vie avait tellement changée que cela ressemblait presque à un roman d'aventure ou à un conte pour enfants. Pour ce bal, je m'etais surprise à imaginer Ron dans son beau costume et moi dans une tenue qui me donnerait plus l'allure d'une fille. A l'instar de cette idiote de Cendrillon dont Heather me rabattait les oreilles, je me serais transformée en princesse et Ron en prince-charmant pour cette unique occasion. Tout aurait été parfait, jusque dans les moindres détails. Malheureusement, la vie ne fonctionnait pas ainsi et l'avenir allait de nouveau me donner raison. Pour tout chateau, je me trouvais à Poudlard, un endroit légendaire. Pour quelqu'un qui prétendait se transformer en princesse pour une soirée, j'étais carrément son parfait opposé, moi qui etait capable d'intimider n'importe quel garçon par mon tempérament et mes capacités à manier une baguette magique. Comme si cela ne suffisait pas, j'étais également capable de défendre des causes, de donner des bourre-pif aux plus récaltritrants (comme celui que j'ai mis à l'albinos l'année dernière - Ca m'avait fait le plus grand bien !). En plus, je possédais un cerveau et je savais m'en servir. C'est vous dire si je ressemblais vraiment au portrait type de la princesse que l'on trouvait dans ces stupides contes à la noix. Et puis, en tant que féministe, je trouvais que cela ne donnait pas une bonne image de la femme en règle générale. Quant à Ron, on ne pouvait pas dire qu'il ressemblait au portrait type du Prince-charmant lui non plus, même si à mes yeux il pouvait le devenir si il savait au moins s'y prendre pour me séduire.

Le bal approchait et personne n'était encore venu me proposer d'être sa cavalière. Quelque part, cela ne me surprenait pas mais d'un autre côté cela avait un certain côté humiliant. Ron avait essayé de demander à Fleur Delacour de l'accompagner mais tout ce qu'il avait sû faire s'était de lui hurler dessus tellement il avait prit peur. Le pauvre... Heum... heum... En tout cas, je lui fis remarquer qu'il existait des filles sans doute moins jolies mais certainement plus interressantes. Croyez-vous qu'il aurait compris mon message ? Pfff ! Alors, lorsque Viktor Krum était soudainement venu me voir pour me demander discrètement si je voulais venir au bal avec lui, vous imaginez bien qu'elle fut ma surprise. Pou... pou.. pouuurquoi ? Lui avais-je demander sous l'effet de la panique. Il me répondit que nos conversations lui avaient plu, qu'il me trouvait interressante et charmante (ah bon ?) puis il ajouta un détail fort interressant : Il m'avoua qu'il avait également pensé à moi car j'étais la seule à ne pas lui courir après, à ne pas chercher à profiter de sa célébrité, que cela me rendait donc spécial à ses yeux. Oui... bon... mais encore ? Viktor ajouta aussi qu'il me trouvait intelligente et très cultivée (ah oui ??), qu'il serait honnoré si je consentais à l'accompagner au bal comme cavalière, que nous pourrions y aller en amis, si je voulais de lui bien entendu. Il y avait tellement mit l'art et la manière de me faire sa proposition que je m'étais dis sur l'instant : " - Hermione... si tu loupes cette occasion, tu risques fort de t'en vouloir pour le restant de ta vie. Et puis, Ron ne t'invitera pas. Il ne t'a pas remarqué. Il préférait demander à toutes les filles de l'ecole avant même de songer à toi, alors tant pis. Hors de question que je lui serve de solution de secours, comme si j'étais un morceau de viande de second choix ou un abat destiné aux animaux. Je ne voulais pas non plus de sa pitié. Et puis, ce n'etait qu'un bal. Ce n'est pas comme si tu allais sortir avec Viktor. " Alors, je lui répondis que oui... j'apprécierai d'aller au bal avec lui. Viktor me fit un baise-main puis s'en retourna. Ouuuuuuu... mon Dieu... Je me sentais tellement excitée et heureuse que quelqu'un ait pensé à moi que je n'avais pas reussi à étudier de toute l'après-midi. En plus, j'allais y aller avec l'un des champions du tournoi, avec une star internationale. Cela voulait donc dire que je risquais fort de me retrouver sous les feux des projecteurs, au bras d'un champion (mine de rien j'aurais pu m'en sentir très flatée, à vrai dire). Mince... ooh et puis qu'est-ce que je risquais ? Le pire dans tout cela c'est que j'allais devoir porter une robe, me maquiller un peu, arranger mes cheveux, porter des haut-talons et affronter d'eventuelles moqueries. Alors, je pris aussitôt la décision de ne rien dire à personne. Pas même à Harry ou à Ron. En retournant dans la salle-commune de Gryffondor, Neville semblait inquiêt et terriblement nerveux. Il me demanda d'une traite et sans reprendre son souffle si je voulais de lui comme cavalier pour le bal. Ooohh... zut... moi qui ne voulait pas lui faire de peine... Et puis, Ron me fait alors remarquer que j'etais une fille. Grrr... Cela me mit dans une telle rage que je finis par lui annoncer sèchement que quelqu'un me l'avait deja demandé et j'avais dit ouiiii ! Il avait osé me faire un coup pareil... me donner le sentiment que j'étais d'une telle laideur qu'il n'avait songé à moi qu'en dernier recours, comme si il se forcait à m'accompagner au bal tellement il aurait honte d'y aller avec moi. Et bien, je lui reservais une petite surprise...

Le soir du bal arriva. J'avais tellement peur de montrer dans ma robe de bal que je n'osais pas faire un pas sans regarder sur les côtés ou derrière moi, au cas où se moquerait de moi. Puis, Viktor apparu et me prit par le bras afin de me conduire dans la salle de bal. Ron n'avait pas été le seul à avoir été impréssionné par ma transformation et par l'identité de mon cavalier. La suite vous la connaissez sans doute... Ron me gâcha la soirée à cause d'une crise de jalousie à laquelle je ne m'étais pas attendu. " - La prochaine fois... trouve le courage de m'inviter en premier et non en dernier recours ! " Voilà ce que je lui répondis avant d'ordonner à Harry et à Ron de monter se coucher. Ils en avaient deja assez fait comme ça. Puis, je fondis en larmes. Espèce d'imbècile ! J'aurais voulu y aller avec toi ! Tu as tout gâché, RON ! Grrrr... snif... Nos sentiments etaient apparu mais certainement pas de la manière dont je l'aurais souhaité. J'avais le coeur brisé. Viktor avait émis le souhait de m'inviter sur son bateau afin de finir la soirée ensemble, simplement entre amis mais je choisis de refuser. D'une part, je ne voulais pas me retrouver dans une situation compromettante. Je voulais également rester seule et puis je ne voulais pas accépter cette proposition alors que je me sentais en détresse affective. Qui sait ce que j'aurais pû faire par vengeance ou si l'on avait abusé de ma faiblesse ce soir-là. Alors, non... m'excusant auprès de lui, j'indiquais à Viktor que j'accèpterai sans doute de visiter son bateau un autre jour mais pas ce soir. Puis, je me rendis dans un coin du chateau pour y pleurer à nouveau avant de regagner mon dortoir.

Récemment, Harry, Ron et moi-même, nous eûmes une conversation à propos d'un article pondu par cette mégère de Rita Skeeter. Le sujet portait évidemment sur Viktor Krum et Hermione Granger, sa soit-disante nouvelle conquête. Harry n'avait rien dit de spécial mais Ron prit de nouveau la mouche. Ginny avait même été raconté que j'avais embrassé "le bonbon Bulgare", ce qui etait faux. Comme je l'avais avoué à Harry, Viktor se contentait le plus souvent de m'observer en train d'etudier. S'était même plutôt ennuyant. Il avait toujours agit en gentleman pour autant que je le sache mais cette Skeeter aimait dénigrer les gens, raconter des mensonges pour faire des gros titres et faire parler d'elle. Mmm... pour l'instant, elle ne me dérangeait pas trop car je ne voulais pas lui montrer qu'elle commencait sérieusement à me donner envie de m'occuper de son cas mais tôt ou tard... Finalement, lors d'un après-midi où nous n'avions rien de prévu, je me décidais à me rendre dans les cachots, dans la salle de cours du professeur Rogue pour être exact. Mon intention ? Travailler... Ce n'était pas parce-que la seconde tâche du tournoi etait dans tout les esprits qu'il fallait oublier le prochain cours ou les examens de fin d'année. D'ailleurs, d'après le programme, la prochaine potion que le professeur nous demanderait de réaliser n'était autre que la potion d'Aiguise-Méninges, une mixture que je ne trouvais guère difficile à préparer. Tout ce dont j'avais besoin s'était de la bile de Tatou, des racines de gingembre, des scarabées et du jus de citrouille. Alors, comme je voulais m'entrainer un peu, je pris avec moi mon chaudron, quelques ingrédients de base dont je disposais, ma baguette magique ainsi mon livre de potions, direction les cachots. Descendant les marches une par une avec prudence, j'empruntais l'escalier à vis qui me conduisit tout droit vers les sous-sols. Une fois arrivée devant la salle de cours, je vis que la porte etait ouverte comme à son habitude. En règle générale, le professeur détestait qu'on vienne le déranger pour des broutilles mais moi je voulais m'entrainer et maintenir mon niveau d'excélence. Je me décidais donc à entrer et à m'avancer lentement jusqu'au bureau où se trouvait encore le professeur. Celui-ci me remarqua tandis que je venais de pousser un soupir d'appréhension. Je me tenait devant lui avec mon chaudron dans les mains, mon livre et mon nécéssaire de préparation à l'intérieur. Lui adressant un petit sourire, je pris soin d'expliquer ma présence en ces lieux :

" - Bonjour professeur. Excusez-moi de vous déranger mais je voulais obtenir votre autorisation afin de m'entrainer un peu. J'aimerai consacrer un peu de mon temps libre afin de réaliser la potion Aiguise-Méninges. J'ai d'ailleurs apporté tout ce qu'il faut pour cela. Puis-je, s'il vous plait ?"


Spoiler:
 

_________________
Hermione J. Granger
GRYFFONDOR
4eme année

"Restez unis pour être plus fort" - Le choixpeau magique



Spoiler:
 


Dernière édition par Hermione J. Granger le Lun 6 Aoû - 3:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Severus T. Rogue »

♦ Admin ϟ Professeur de potions, directeur de Serpentard, mangemort et membre de l'ordre.



Age : 32
Messages : 170

Baguette : 29cm, bois de lierre, rigide, ventricule de cœur de dragon.
Camp : les deux
Maison : Serpentard
Patronus : une biche

particularités : Informulés, Occlumens, Legilimens

MessageSujet: Re: Entretien privé avec le Maître des potions [PV Rogue]   Jeu 1 Mar - 9:20

Depuis quelques jours, Severus était perturbé. Oui, enfin pas dans le sens où il devenait fou ou bien qu’il était en train de tomber sous le charme de quelqu’un. Non. Mais il avait fait la connaissance de miss Van der Waals et il devait bien admettre en son fort intérieur, qu’il était grandement intrigué par cette femme vampire. Bien entendu, il avait l’habitude d’être intrigué par quelqu’un, mais jusqu’à présent, à part peut-être Dumbledore, les seuls a avoir élevé son intérêt plus qu’il ne le montrait, c’étaient les rares élèves qui se démarquaient agréablement durant ses cours. Comme par exemple Hermione Granger.

Une Gryffondor, bavarde, surtout lorsqu’il s’agissait d’étaler ses connaissances, mais ô combien intelligente et douée en potion. Bien entendu, comme avec tous les élèves qu’il repérait ainsi, il s’était discrètement renseigné à son sujet et il savait qu’elle était douée dans toutes les matières à l’exception peut-être de la défense où elle avait une légère baisse a cause, certainement, de son besoin d’analyser et de réfléchir aux situations avant d’agir. Une chose rare, d’ailleurs, chez les Gryffondors qui généralement, fonçaient tête baissée et réfléchissaient ensuite, seulement s’ils pensaient qu’ils en avaient le temps.

Pour en revenir à Hermione, au début, lors du tout premier cours qu’il avait eu avec elle, il l’avait trouvé insupportable. Oui, elle arrivait à peine et semblait avoir réponse à tout sans qu’il ne lui pose la moindre question ce qui prouvait qu’elle avait sérieusement étudié son livre de potion de première année avant d’arriver à Poudlard. Severus en était persuadé, à plus forte raison parce qu’elle était née moldue et donc qu’elle n’avait eu aucune chance d’entendre parler de la magie avant qu’elle ne reçoive sa lettre du collège. Mais très vite, il avait été intrigué par la petite fille aux cheveux en bataille. Parce qu’elle avait réussit sa potion… Il avait d’abord songé, en toute mauvaise fois, qu’elle avait simplement eu de la chance mais rapidement il constata qu’elle obtenait systématiquement les meilleures notes à l’écrit ou bien durant les devoirs pratiques… Alors Severus avait décidé d’en faire sa chouchou de sa promotion… Il en avait un par année et il s’amusait beaucoup à les privilégier, particulièrement lorsqu’il ne s’agissait pas d’un Serpentard, pour faire enrager les autres…

Et bien disons que depuis cinq ans, sans vraiment le savoir, Hermione égaillait ses journées bien plus qu’elle n’aurait osé l’imaginer… Elle lui donnait tellement d’occasions de faire son éloge, même lorsqu’il n’était pas avec les Gryffondors, qu’il ne pouvait que s’amuser des réactions des autres élèves. Et puis il y avait un petit il ne savait quoi qui lui faisait penser qu’elle se sentait plus assurée qu’avant. Peut-être qu’elle faisait partit de ceux qui ont besoin d’être félicité et de voir leur travail reconnu pour avoir d’avantage confiance en eux… Severus donc, bien qu’il garde son habituelle raideur et son éternel ton froid et détaché, prenait donc un malin plaisir à la féliciter à la moindre réussite et même à donner des points à Gryffondor… C’était en quelque sorte une saine motivation pour que ses Serpentards se surpassent. La plus part ne supportant pas d’être moins doués qu’une née-moldue mais aucun n’osant réellement lui faire payer son favoritisme de peur que le professeur de potion ne leur tombe dessus.

Enfin bref, voila comment il considérait Hermione, comme l’une des sorcières les plus talentueuses de sa génération et il ne comptait pas laisser les autres professeurs la guider malgré elle dans des directions qu’elle n’aurait pas forcément choisit. Mais pour l’heure, Severus profitait d’un de ses rares après midi en semaine de libre pour prendre de l’avance sur ses corrections et donc pouvoir être tranquille plus tôt le soir. Avec un peu de chance il pourrait même se détendre un peu… Il en était à corriger la copie d’un élève particulièrement nul lorsqu’il entendit des bruits de pas s’approcher. Il ne releva pas les yeux pour autant, penché sur la copie généreusement tachée de rouge qu’il avait sous les yeux et il attendit qu’elle s’arrête devant le bureau et ne soupire pour lever les yeux et constater qu’il s’agissait d’Hermione. Elle lui sourit légèrement et pour sa part, il se contenta d’avoir un air intéressé tout en avisant le chaudron qu’elle tenait dans ses mains.

" - Bonjour professeur. Excusez-moi de vous déranger mais je voulais obtenir votre autorisation afin de m'entrainer un peu. J'aimerai consacrer un peu de mon temps libre afin de réaliser la potion Aiguise-Méninges. J'ai d'ailleurs apporté tout ce qu'il faut pour cela. Puis-je, s'il vous plait ?"

La potion aiguise-méninges… Voilà qui avait de quoi surprendre le professeur mais il ne fit aucune remarque se contentant de se redresser convenablement pour appuyer son dos contre le dossier de sa chaise après avoir reposer sa plume dans son encrier.

« Et pour quelle raison voulez-vous tellement réaliser cette potion, Hermione ? »

Oui vous avez bien entendu, il l’a appelé par son prénom et rares étaient les élèves qui avaient le droit de se faire appeler par leur prénom de la part du professeur de potion. C’était une privauté qu’il n’accordait qu’à ses élèves préférés et seulement lors de ses bons jours mais s’il devait y prêter plus attention, il dirait qu’il était généralement dans ses bons jours lorsqu’il croisait Hermione en cours ou dans les couloirs car rares étaient les fois où il l’avait appelé miss Granger depuis sa première année au collège.

« Rassurez-vous, je ne compte pas refuser, d’ailleurs la salle de classe est à votre disposition tant que je m’y trouverai également… Je voudrais juste comprendre vos motivations. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Hermione J. Granger »

♦ Élève ϟ Gryffondor



Age : 22
Messages : 246
(c) Moonswolf044219
Baguette : Bois de vigne, ventricule de coeur de dragon, 27,8 cm, rigide.
Camp : Ordre du Phénix
Maison : Gryffondor
Patronus : Loutre argentée

particularités : Aucune

MessageSujet: Re: Entretien privé avec le Maître des potions [PV Rogue]   Jeu 19 Avr - 14:09

(Pardon pour le retard) Embarassed

Voilà qui était tout de même incroyable ! Tandis que la plupart des élèves de Poudlard passaient leur temps libre à discuter à propos du tournoi des trois sorciers, notamment lequel des trois champions l'emporterai lors de la seconde tâche ou lors de l'ultime épreuve, il y en avait aussi certains qui s'interessaient de près à mes prétendus rapports avec le "bonbon Bulgare", Viktor Krum. Qu'il s'agisse des soeurs Patil, de Lavande Brown ou de Pansy Parkinson, toutes les filles de l'école cherchaient assez régulièrement à savoir pour quelles raisons le champion de Durmstrang s'était décidé à faire de moi sa cavalière pour le bal de Nöel. J'avais beau leur expliquer qu'il n'était qu'un ami, qu'il m'observait étudier la plupart du temps sans dire un mot, qu'il m'avait invité parce-qu'il me trouvait sympathique, personne ne semblait vouloir me croire, à l'excéption d'Harry. Ron, lui, s'était montré jaloux et cela m'avait laissé à réfléchir. D'accord... mon meilleur-ami était du genre protecteur envers sa soeur Ginny mais pourquoi l'était-il subitement avec moi puisqu'il n'avait songer à m'inviter qu'en dernier recours ? Etais-ce parce-qu'il tenait plus à moi que je ne le pensais ? Etais-ce là une preuve de ses sentiments pour moi ? Si seulement il pouvait avoir le courage de m'en parler, au moins je serai fixé. (soupir) Heum... Oui... je sais. Pourquoi ne ferai-je pas moi-même le premier pas plutôt que de rester là à me morfondre ? Et bien, cela pouvait vous paraitre stupide mais je tenais - comme toutes les autres filles - à ce que se soit le garçon qui fasse le premier pas, que cela soit un minimum romantique, que Ron se montre enfin tel qu'il etait et non pas comme il essayait vainement de me le faire croire. J'avais peur d'être rejeté, que mon coeur soit de nouveau briser en mille morceaux. Je risquais aussi de mettre un terme à une amitié veille de prés de quatre ans. En plus, les allusions de Ron à propos de Viktor m'avaient mises hors de moi à la fin du bal car il avait tout gâché alors que mon désir le plus cher aurait été d'y aller avec lui. Cette merveilleuse soirée s'était subitement transformée en mon pire cauchemar. Quelle honte pour moi... :/ (soupir)

Malgré l'immense détresse et la colère, je m'étais décidée à me remettre au travail sans perdre de temps. Je devais me reconcentrer et songer aux examens de fin d'année qui approchaient à grand pas. Oui ! parfaitement ! Ce n'était pas parce-qu'il restait cinq mois tout au plus qu'il fallait bailler aux corneilles et se dire que les résultats allaient nous tomber tout cuit dans le bec ! Il fallait travailler tout au long de l'année, s'entrainer en sortilèges, en botanique, en potions ainsi que dans toutes les autres matières si je voulais obtenir les meilleurs résultats et être à la hauteur des exigences. Il n'y avait aucune certitude !! J'avais beau être entiché du surnom de Miss je-sais-tout, j'étudiais tout autant que les autres sinon plus afin de préparer mon avenir. Les BUSES seraient pour l'année prochaine. Ma vie en dépendait. C'était horrible. A mes yeux, échouer aux examens était un sort pire que la mort. Mais non... il fallait qu'il y ait ce fichu tournoi à la noix pour venir troubler notre quietude. Et puis, ce balet incessant des jeunes filles de Beauxbâtons m'enervaient au plus haut point. Elles me faisaient horreur avec leurs manières, leur façon de tourner du fessier et de prendre les gens de haut comme si leur prétendue beauté faisaient d'elles des êtres supèrieurs au commun des mortels. Ah oui ça... il devait y avoir de l'avenir dans le métier de poule de luxe ou de nunuche ! Franchement, pour défendre les droits et la condition des femmes, il y avait beaucoup mieux que de vulgaires prétentieuses, non ? (soupir) Alors comme à mon habitude, après les cours, si Harry et Ron n'avaient pas besoin de moi pour les aider dans leurs devoirs, pour discuter ou pour faire un tour quelque part, je me rendais toujours à la bibliothèque afin d'y étudier. Malheureusement, je m'étais tellement acharné à faire mes devoirs du mieux possible que j'en avais encore fait un peu trop en y ajoutant des détails supplémentaires au cas où mes réponses ne suffiraient pas à convaincre. Obtenir un Optimal en sortilèges avec cent vingt pourcent de bonnes réponses n'était pas donné à toute le monde. L'ennui s'était que je n'avais plus rien à faire.

Voilà pourquoi je m'étais décidé à prendre mon chaudron, mon livre et mes ingrédients pour potions avant de sortir précipitamment de la salle-commune de Gryffondor. Je voulais eviter de penser à la dispute que j'avais eu avec Ron à la fin du bal, à nos sentiments respectifs, à ces histoires à propos du tournoi et surtout m'echapper le plus loin possible de toutes ces rumeurs. C'était aussi l'un des rares moyens que j'avais trouvé pour penser à autre-chose, pour me vider la tête en quelque-sorte. Quelle meilleure façon que de se rendre dans les cachots, là où il faisait froid, sombre et humide. L'ambiance y etait glauque, j'avais l'assurance de ne pas y rencontrer grand monde et cela me convenait tout à fait. J'étais persuadée qu'en realisant une potion et en etant certaine de l'avoir reussie cela me redonnerai un peu confiance en moi mais aussi que cela aurait également en autre mérite de chasser toutes ces idées saugrenues de mon esprit. L'ennui s'etait que je n'avais pas vraiment realisé que j'etais en train de me mentir à moi-même. C'était idiot , je le savais, mais j'aimais Ron plus que tout au monde et cela ne m'avait pas paru plus évident que ce fameux soir du bal. Il ne fallait pas que cela se sache. Personne ne devait savoir que cette pauvre Hermione Granger était doté de sentiments puisque je considérais cela comme une faiblesse. Je ne voulais pas que l'on puisse me faire mal. La petite fille qui sommeillait en moi luttait avec acharnement pour se libèrer de ses chaines mais ma rigueur et ma puissance de concentration avaient eu tôt fait d'etouffer dans l'oeuf ces vaines tentatives de révolte. Je devais garder le contrôle sur mon esprit, le contrôle sur mes pulsions, sur mes émotions. L'ennui s'était que cela fonctionnait un peu comme cela voulait. Je savais aussi que si Ron se moquait de mes sentiments pour lui, je n'aurais alors qu'une envie, celle de me cacher le plus loin possible afin d'y mourir. A chaque fois que je repensais à une possible histoire d'Amour entre nous, je redoutais de perdre mes moyens, de me laisser aller en toute confiance. Je me sentais vraiment mal au fond de moi. Je n'étais pas une fille très jolie ni très intéressante. J'etais une intellectuelle doté d'un sacré caractère. Personne n'avait jamais voulu de moi, alors imaginer que quelqu'un puisse m'aimer, alors là je rêvais tout haut. Ces choses-là, aucun de mes amis ne le savait puisqu'en règle générale je n'etais pas du genre très bavarde lorsqu'il était question de mes états d'âme ou de ma vie privée. Je préférais ne plus trop y penser. (soupir)

Au moment de me retrouver à nouveau devant le professeur Rogue, je ressentais une certaine appréhension à l'idée qu'il me refuse l'accés à sa salle de classe. J'avais beau savoir qu'il m'appréciait au point de m'accorder certains privilèges, peut-être avait-il besoin de calme et de rester seul afin de corriger ses copies. Peut-être n'étais-ce pas le bon jour pour lui demander une faveur. Pour le savoir, j'étais dans l'obligation de me rendre dans son bureau. Après tout, je n'étais pas une élève turbulente, impolie et irrespectueuse du réglement. La moindre des choses etait d'obtenir son autorisation. D'ailleurs, je me demandais toujours pourquoi le professeur avait fait de moi le chouchou de ma promotion mais je me disais que cela avait surement un lien avec mes compétences en potions. Qu'est-ce que cela aurait pû être d'autre ? J'étais une Gryffondor et le professeur Rogue etait le Directeur de Serpentard. Vous connaissez tous cette rivalité stupide entre nos maisons. Pourtant, aucun Serpentard n'avait osé s'en prendre à moi, hormis Malefoy et ses complices Crabble et Goyle, Parkinson et Bullstrode qui se tenaient d'ailleurs étrangement à l'écart de moi depuis quelques temps. L'interêt du professeur leur avait surement donné de quoi réfléchir. Ooh, vous savez, j'avais l'habitude d'être une excéption, de lire l'etonnement, la jalousie ou le mépris dans le regard des autres mais là encore, le comportement du professeur Rogue était un mystère. Harry et Ron n'y comprenaient rien eux non plus. Ils m'avaient simplement recommander de rester prudente. Ah bon ? Pourquoi ? Le professeur Dumbledore n'aurait jamais accépté d'avoir parmi son corps d'enseignant un Maitre des potions qui n'était pas au dessus de tout soupçon. Mmmm... mais vous connaissez mes meilleurs-amis. Il était un ancien mangemort, alors... Rolling Eyes

En entrant et en me rapprochant de son bureau, j'avais pris soin de jeter un rapide coup d'oeil. Je remarquais qu'il etait en train de corriger des copies. Alors, immédiatement, j'eus l'envie de lui demander si il avait eu le temps de corriger la mienne, si j'avais eu une bonne note ou si je m'etais carrément planté. Une légère angoisse me submergea, ce qui me fit soupirer et respirer un bon coup. Le professeur risquait de s'en offusquer et je perdrai alors toutes mes chances d'obtenir ce que j'étais venu lui demander. De toute façon, peut-être aurais-je l'occasion de lui demander un peu plus tard, avec un peu de chance ? (soupir) Severus etait toujours penché sur sa copie, une plume à la main, sans pour autant relever les yeux vers moi. M'arrêtant devant lui avec mon chaudron et mon matériel dans les bras, j'attendais poliement que le professeur remarque ma présence et me donne la parole. C'était important de respecter les convenances dans une société civilisée. Tandis qu'il détachait enfin le regard de son parchemin vers moi en s'interessant tout particulièrement à mon chaudron, je lui souris légèrement, l'air un peu intimidé et angoissé.

" - Bonjour professeur. Excusez-moi de vous déranger mais je voulais obtenir votre autorisation afin de m'entrainer. J'aimerai consacrer un peu de mon temps libre afin de réaliser la potion Aiguise-Méninges. J'ai d'ailleurs apporté tout ce qu'il faut pour cela. Puis-je, s'il vous plait ? "

Le professeur n'esquissa pas la moindre reaction, se contentant simplement de se redresser pour appuyer son dos contre sa chaise. Il déposa sa plume dans son encrier et m'accorda toute son attention.

« Et pour quelle raison voulez-vous tellement réaliser cette potion, Hermione ? »

Certains professeurs détestaient déroger aux convenances pour nommer leurs élèves par leurs prènoms, simplement parce-qu'ils refusaient de se montrer un peu trop familier ou affectueux avec eux de peur de perdre toute autorité ou d'établir une sorte de traitement de faveur qu'il ne trouvait guère juste par rapport aux autres. Cependant, il arrivait parfois à certains professeurs - comme le professeur Macgonagall, le professeur Rogue ou le professeur Flitwick - de faire preuve à mon égard d'une certaine proximité en privé. Au début, vous avouerai-je, je trouvais cela plutôt surprenant et aussi très excitant, notamment parce-que je me sentais apprécié et considéré par des adultes, par des gens qui étaient des références dans leur domaine de compétence. C'était aussi un peu destabilisant de se sentir privilègié. Aussi, étant donné que le professeur Rogue n'accordait ce genre de privauté que lorsqu'il était de bonne humeur, j'avais au moins le sentiment rassurant de ne pas l'avoir dérangé dans son travail. C'était une chance. Alors que je m'apprétais à lui répondre après avoir prit soin de réfléchir, le professeur ajouta quelques précisions.

« Rassurez-vous, je ne compte pas refuser, d’ailleurs la salle de classe est à votre disposition tant que je m’y trouverai également… Je voudrais juste comprendre vos motivations. »

La question etait tout à fait légitime. Peut-être aurions-nous pu croire que je souhaitais réaliser cette potion afin d'améliorer mes propres facultés intellectuelles. Peut-être aurions-nous pu penser que je souhaitais la réaliser pour quelqu'un d'autre. Le problème s'était que la potion Aiguise-Méninges n'avait pas encore été étudié en classe. D'après le programme, nous n'étions censé l'etudier qu'après la seconde tâche du tournoi. Vouloir prendre de l'avance devait sans doute intriguer le professeur car rare étaient les élèves de Poudlard à manifester autant d'interêt pour cette matière ainsi que pour les études. De toute manière, si j'avais voulu dissimuler ma préparation aux yeux des regards indiscrets, j'aurais pû tout bonnement me rendre dans les toilettes des filles comme je l'avais fais en seconde année pour le polynectar.

" - Je... euuh... (soupir) Il se trouve que j'ai finis mes devoirs et je n'avais plus rien à faire hormis étudier. Pour être honnête, je voulais m'éloigner le plus possible de toute cette agitation qui règne dans ce château et de toutes ces rumeurs qui circulent à mon propos. Nous sommes dans une école ici, pas dans un cirque ! " ,déclarais-je en terminant ma phrase en fronçant les sourcils et en prononçant mes derniers mots avec agacement. " J'ai beau affirmer que Viktor et moi sommes amis, la plupart des gens semblent avoir été atteint par la folie passagère pour oser penser que lui et moi nous pourrions avoir une espèce de... une espèce de... relation amoureuse. " ,fis-je en achevant mes derniers mots avec incistance avant de fronçer encore plus les sourcils d'agacement. " Non mais vous vous rendez compte !? Comme si j'avais le temps pour ces choses là ! (soupir) Et comme je suis apparemment la seule à me préoccuper de mon avenir, il me semble que nous sommes censés étudier la potion d'aiguise-méninges d'ici quelques semaines, sans doute après la seconde épreuve du tournoi. Alors, je me disais qu'un petit défi s'avérai interessant en guise d'entrainement pour les examens de fin d'année. " ,dis-je avant de conclure mes propos par un soupir d'appréhension. " Voilà quelles sont mes motivations, Monsieur. Avec votre permission, je vais installer mes affaires à cette table là-bas et commencer mon travail. Merci beaucoup. " ,déclairais-je avec respect et avec un sourire, l'air ravi.

Déposant mon chaudron sur l'une des tables se situant à proximité du bureau du professeur Rogue, je sortis sans plus attendre mes ingrédients de base, mon nécessaire à potions (contenant mes précieux instruments). Vérifiant que je disposais de tout ce qu'il me fallait pour débuter après avoir songé à remplir d'eau mon chaudron, je me décidais enfin à allumer un feu avant de le déposer sur le foyer de la flamme. D'un air très concentré, je m'occupais à présent de ranger mes ingrédients par ordre : la bile de tatou, les scarabées séchées, les racines de gingembre et le jus de citrouille mais aussi à préparer mes ustentiles : une grande cuillère, mon couteau, mon pilon et mon mortier, ma cuillère de dosage pour la poudre de scarabées et ma pipette afin de pouvoir mesure les quantités de liquide. J'étais enfin prête !

Ouvrant mon livre à la page où figurait la potion d'Aiguise-Méninges, je pris connaissance du protocole à réspecter. Alors voyons ça...

Ingrédients :

- Bile de Tabou, 10cL.
- Scarabées pilés et réduites en poudre, 13g.
- Racines de Gingembre coupées, 17g.
- Jus de citrouille

Protocole :

Remplissez votre chaudron d'eau puis allumez un feu. Réduisez en poudre 3g de scarabées séchés dans votre mortier à l'aide de votre pilon avant d'en saupoudrer le contenu dans votre préparation. Versez 5cl de bile de tatou et remuez trois fois dans le sens des aiguilles d'une montre. Augmentez la puissance de votre feu jusqu'à 290°c. Lorsque le mélange atteindra la température d'ébullition, faites un tour de cuillère dans le sens inverse des aiguilles d'une montre et baissez le feu jusqu'à 170°c. Patientez 7 minutes. Une fois le délai écoulé, découpez vos racines de gingembre coupées en fines lamelles et incorporez-les dans votre préparation accompagné des 5 derniers cl de bile de tatou. Baissez ensuite le feu jusqu'à 90°c, couvrez et laissez mijoter pendant 3 heures. Une fois le délai écoulé, retirez le couvercle, effectuez 5 tours de cuillère dans les deux sens en commençant par celui des aiguilles d'une montre puis laissez de nouveau mijoter pendant 3 heures avant d'éteindre votre feu. Afin d'achever votre préparation, veuillez ne pas oublier de réduire en poudre le reste de vos scarabées séchés dans votre chaudron. Lorsque les morceaux auront disparus de sa surface, ajoutez un peu de jus de citrouille, à votre convenance. Votre potion sera prête.


Spoiler:
 

_________________
Hermione J. Granger
GRYFFONDOR
4eme année

"Restez unis pour être plus fort" - Le choixpeau magique



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Severus T. Rogue »

♦ Admin ϟ Professeur de potions, directeur de Serpentard, mangemort et membre de l'ordre.



Age : 32
Messages : 170

Baguette : 29cm, bois de lierre, rigide, ventricule de cœur de dragon.
Camp : les deux
Maison : Serpentard
Patronus : une biche

particularités : Informulés, Occlumens, Legilimens

MessageSujet: Re: Entretien privé avec le Maître des potions [PV Rogue]   Mer 16 Mai - 7:10

" - Je... euuh... (soupir) Il se trouve que j'ai finis mes devoirs et je n'avais plus rien à faire hormis étudier. Pour être honnête, je voulais m'éloigner le plus possible de toute cette agitation qui règne dans ce château et de toutes ces rumeurs qui circulent à mon propos. Nous sommes dans une école ici, pas dans un cirque ! "

Si Severus n’avait pas été maitre de lui-même et de la moindre réaction de son corps, il en aurait bien éclaté de rire et bien qu’il n’ait pas réagit, une lueur d’amusement passa dans son regard. Mais pour le voir, fallait-il encore oser le regarder dans les yeux et cela n’arrivait pas souvent chez les élèves. C’était d’ailleurs surement pour ça qu’il se permettait de laisser passer, parfois, d’autres émotions que le calme plat dans ses yeux sombres. Cette pauvre Hermione faisait gorge chaudes de tout les élèves de Poudlard depuis que le champion de Durmstrang avait affiché ses préférences pour la jeune fille. D’ailleurs elle avait fait sensation au bal de noël et Severus, d’un œil tout à fait objectif devait admettre que lorsqu’elle prenait le temps de prendre soin d’elle, Hermione était très jolie pour une petite fille de son âge. Car oui, malgré ses quinze ans, elle n’était qu’une petite fille à ses yeux.

" J'ai beau affirmer que Viktor et moi sommes amis, la plupart des gens semblent avoir été atteint par la folie passagère pour oser penser que lui et moi nous pourrions avoir une espèce de... une espèce de... relation amoureuse. "

Severus avait de plus en plus de mal à s’empêcher de rire… Ca n’était pas du tout dans le but de se moquer, loin de là. Il comprenait l’indignation d’Hermione qui ne voulait pas qu’on se méprenne à son sujet. Mais avouez que de la voir parler d’un petit flirt avec un garçon célèbre avec autant d’indignation avait quelque chose d’amusant… Si le pauvre Viktor avait été là il en aurait surement été très vexé…

" Non mais vous vous rendez compte !? Comme si j'avais le temps pour ces choses là ! (soupir) Et comme je suis apparemment la seule à me préoccuper de mon avenir, il me semble que nous sommes censés étudier la potion d'aiguise-méninges d'ici quelques semaines, sans doute après la seconde épreuve du tournoi. Alors, je me disais qu'un petit défi s'avérai intéressant en guise d'entrainement pour les examens de fin d'année. "

Et cette fois-ci Severus ne pu s’empêcher de sourire, le regard pétillant d’amusement. Son sourire était encore assez discret mais visible malgré tout et n’avait rien de moqueur. Il ne bougeait pas, ne faisait aucun bruit et on aurait pu deviner qu’intérieurement il aurait bien éclaté de rire depuis longtemps.

" Voilà quelles sont mes motivations, Monsieur. Avec votre permission, je vais installer mes affaires à cette table là-bas et commencer mon travail. Merci beaucoup. "

Severus, toujours muet, confirma d’un signe de tête, l’invitant à prendre place à une table afin de s’exercer. Il ne valait mieux pas qu’il parle pour le moment puisqu’il n’était pas certain de pouvoir maitriser le ton de sa voix et la rendre aussi impassible que d’habitude. Il la regarda un instant préparer ses affaires avec soin et il se détacha finalement de la vision en secouant légèrement la tête d’un air toujours aussi amusé. Les adolescents étaient amusants jusque dans leurs histoires sentimentales…

Alors qu’Hermione s’occupait de sa recette, Severus replongea dans ses copies, son amusement passant au fur et à mesure qu’il lisait les stupidités des élèves dont les copies passaient sous ses yeux. Et après il trouvait le moyen de s’étonner qu’ils ne comprennent pas pourquoi certains, de rares occasions, étaient privilégiés par rapport aux autres… Au bout de quelques minutes supplémentaires, entre deux copies à corriger, Severus adressa la parole à Hermione sur un ton habituel.

« Si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à demander… »

Après tout, autant qu’elle profite de sa présence puisqu’il était là. Du moins, il doutait qu’elle ait besoin de lui pour cette potion. Ils ne l’avaient pas encore étudié, c’était vrai, mais Hermione était en avance sur les autres élèves de son âge et il était persuadé qu’il aurait pu lui faire préparer des potions de sixième année sans qu’elle ne fasse exploser son chaudron mais Albus lui avait interdit de faire avancer ses élèves plus vite que le programme ne l’exigeait…

« Vous savez… » Ajouta-t-il pensif, les yeux toujours rivés sur les copies, à l’affut des fautes. « Vous devriez les laisser croire ce qu’ils veulent… Après tout ça ne change rien pour vous… Je dois bien avouer que je ne comprend pas pourquoi cela vous révolte autant, après tout c’est surement quelque chose de flatteur non ? Penser que Krum est amoureux de vous ? »

Evidemment, Severus ne pouvait pas savoir que le cœur de miss Granger balançait plutôt pour un rouquin de sa connaissance. Mais lui et les histoires de cœurs… Il n’avait été amoureux qu’une seule fois dans sa vie, à sens unique et sans qu’elle ne l’ait jamais compris… La copie d’Hermione arriva sous ses yeux et c’est avec plaisir qu’il la lut pour ne rien corriger et placer un optimal en haut de page.

« Copie parfaite Miss Granger… Comme d’habitude. » Commenta-t-il en plaçant la copie de la Gryffondor sur la pile de celles qu’il avait déjà corrigé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Hermione J. Granger »

♦ Élève ϟ Gryffondor



Age : 22
Messages : 246
(c) Moonswolf044219
Baguette : Bois de vigne, ventricule de coeur de dragon, 27,8 cm, rigide.
Camp : Ordre du Phénix
Maison : Gryffondor
Patronus : Loutre argentée

particularités : Aucune

MessageSujet: Re: Entretien privé avec le Maître des potions [PV Rogue]   Sam 16 Juin - 18:56

Evidemment, je ne pouvais me douter que mes préoccupations actuelles, y compris amoureuses, avaient dû grandement amuser le professeur Rogue. Sans doute, avait-il trouvé cela comique chez une adolescente de quinze ans que de s'enflammer face aux rumeurs entourant Viktor Krum alors que j'aurais du, au contraire, me sentir flattée. Je prenais cette situation avec beaucoup de sérieux sans réaliser ce qui m'agacait au plus haut point. Etais-ce toutes ces rumeurs éhontées à mon propos où l'attitude de Ron qui m'avaient rendu aussi nerveuse et à prendre avec des pincettes ?

Ca... pour nier l'évidence, on pouvait affirmer sans peine que j'étais très forte. Mes soucis actuels n'étaient pas les mêmes que les filles de mon âge puisqu'à ce moment précis je semblais être la seule à penser à mes études et à mon avenir au lieu de me préoccuper de choses futiles et éphèmères. Viktor, lui, semblait me tourner autour comme un futur prétendant alors que j'étais follement amoureuse de mon meilleur-ami, un rouquin maladroit et rustre de surcrois. A force de les entendre, toutes ces rumeurs me rendaient dingue et je n'avais qu'une hâte, m'éloigner le plus possible de toute cette agitation qui régnait dans cette école.

Oooh Harry avait parfaitement compris ce qui s'était produit le soir du bal. Il n'avait pas eu à me dire grand-chose mais en ami qu'il était il n'avait pas osé s'en méler de peur de déclencher un cataclysme. Nous nous étions deja assez énervé comme ça. Viktor était quelqu'un de patient, sympathique et tout à fait charmant mais celui-ci aurait été profondémment vexé de connaitre le fond de mes pensées. A chaque fois que je me sentais flattée par le Bulgare je pensais aussitôt à Ron et à ce qu'il penserai de moi si il me voyait dans les bras d'un garçon bien plus âgé que lui. Je pensais également à Harry et à ce qu'il penserai lui aussi de sa meilleure-amie, sa presque soeur. Notre amitié n'était pas l'unique chose que je risquais de perdre. Il y avait aussi les Weasley, les Potter et la considération du peu d'amis qu'il me restait. Tout risqué dans une hypothétique aventure avec le champion de Durmstrang, alors là certainement pas. Et puis, il était bien trop âgé. Donc, je pris la décision de me montrer prudente, à laisser les choses venir et à réagir au moment opportun afin de montrer clairement mes intentions.

Bien entendu, entre Harry, Ron et moi, il existait un lien subtil et étrange, quelque-chose de puissant, comparable à l'Amour que deux êtres pourraient éprouver l'un pour l'autre. Ces deux là comptaient tellement à mes yeux que je craignais en permanence de les perdre, de faire preuve d'aussi peu de reconnaissance et de loyauté, alors que nous avions risqué nos vies ensemble. Entre mon beau rouquin et moi, ce lien était toujours plus fort, plus éléctrique et chaotique. Nos réconciliations aussi même si nous pouvions nous satisfaire d'avoir fait un peu plus à chaque fois un pas dans la bonne direction. Alors que nous étions à la fois tellement différent, quelque-chose semblait nous attirer puissamment l'un vers l'autre sans que nous ayons réellement la possibilité de nous y opposer. Cela commenca par du respect puis par de l'admiration pour nos qualités et notre courage avant que les choses n'aillent plus loin. Nous manquions juste un peu de maturité et de recul pour analyser et comprendre les choses mais surtout pour parvenir à contrôler ces pulsions qui nous attiraient l'un vers l'autre comme de puissants aimants. Etais-ce cela ce que nous appelions des "âmes soeurs" ? Ce que je trouvais étrange s'était que pour les autres, nos sentiments ne faisaient aucun doute mais pour lui et moi cela semblait si incertain et si difficile.

A ce petit jeu de séduction, je n'étais pas sûre que Ron soit capable de m'avouer la vérité ni qu'il puisse éprouver de réels sentiments amoureux envers moi puisqu'il lui avait fallu la veille du bal de Noel pour oser me demander d'être sa cavalière... "par défaut". Si l'Amour était à mes yeux une faiblesse (je le pensais à tord), je faisais également tout pour cacher mes propres sentiments, de peur de tout gacher et de me sentir humiliée. Cela n'était guère difficile puisque nos caractères s'entrechoquaient régulièrement pour la moindre bêtise, y compris lorsque ce mufle s'avisait à insulter mon Pattenrond ou à me donner le sentiment d'être hideuse lorsqu'il réalisa enfin que j'étais une fille. Grrr... Insulter mon chat s'était m'insulter moi, parce-que je m'identifiais à lui pour tout un tas de raisons. Si en plus, il pouvait arrêter de le faire exprés pour éviter de m'énerver, je pourrais espèrer une amélioration entre nous mais non ! Il fallait toujours qu'il me les brise pour un oui ou pour un non, sans parler de ses horribles manières pour manger qui me donnait souvent la nausée ou l'impression d'être à table avec un porc. (soupir) Et vous voulez savoir le plus drôle ? Je commencais à trouver cela amusant et même charmant de le voir manger ainsi, surtout lorsque ses lèvres charnues étaient recouvertes de sauce. Mmm... cette lueur satinée, sa langue caressant délicatement ces... Mmmpppff ! Cela me donnait l'envie de les embrasser et d'y gouter. Ah oui, ça pourrait être pas mal... délicieux même. Bizarre, moi ? Oohh il faut croire... mais avec ces hormones et tout ça... je ne devais surement plus avoir toute ma tête. hihi !

Et alors que je me trouvais dans les cachôts, dans la salle de classe de potions en compagnie du professeur Rogue, je ne m'étais certainement pas rendue compte à quel point mon agacement et mes sentiments étaient lisibles comme le nez au milieu du visage. En tout cas, je venais d'admettre devant le professeur que je considérais le champion de Durmstrang comme un ami et non comme le "petit-ami", ce garçon célèbre qui aurait soit-disant du me faire tourner la tête tellement il était impréssionnant en fonçant sur un balai pour attraper une petite balle de rien du tout. Si vous saviez quelle était mon opinion à propos du Quidditch ! Au moins, je ne faisais pas dépendre ma vie d'un jeu dangereux complétement ridicule. Si je m'y étais interessée, s'était uniquement pour Harry et Ron, parce-que cela comptait pour eux, mais aussi par solidarité par rapport à la maison à laquelle j'appartenais. En plus, j'étais contre cette rivalité entre maisons, contre ce sport qui ne faisait qu'exarcerber les tensions... (soupir)

En outre, j'étais indignée que l'on se méprenne à mon sujet et encore plus que Ron ait pu penser de telles choses sur moi, comme si j'étais le genre de fille stupide à perdre tout sens commun dés qu'un garçon un tant soit peu mignon, bien elevé, romantique, riche et célèbre se trouvait quasiment à mes pieds. L'ennui s'était la personnalité de Viktor, voyez-vous. Son problème ? Il n'était pas Ron... ni aussi intelligent que lui. C'était un fait, non une supposition. Bah oui, il avait le don de me surprendre à chaque fois en dépit de sa maladresse. Pensait-il que le charme de Viktor m'aurait fait perdre la tête au point de le laisser m'entrainer sur son bâteau pour qu'ensuite il essaye d'abuser de moi dans un instant de faiblesse. A quinze ans en plus !? Non mais pour qui me prenait-il ? Je n'avais rien d'une garce ni d'une Mary couche-toi là ! J'étais assez grande pour me défendre toute seule et je n'étais surement pas désireuse d'avoir aussi vite ma première...expérience sexuelle ! De toute manière, je ne m'y interessais pas encore. Je m'en fichais un peu pour tout vous dire puisque cela me filait une trouille bleue. Fallait-il lire un livre, un manuel ou quelque-chose pour expliquer comment s'y prendre ? Oo Arggh... mon dieu... >< Non et puis moi j'imaginais offrir ma virginité à l'homme de ma vie, dans un moment romantique, en toute confiance et avec la certitude que celui-ci ne me laisserai pas tomber dés lors qu'il aurait eu ce qu'il voulait. Et puis quoi encore...

En ce sens, ce que je recherchais avant tout s'était que l'on me remarque pour ma personnalité, que l'on éprouve pour moi de véritables sentiments et non que l'on cherche vainement à les compenser par des cadeaux ou des biens-matériels. J'avais beau être très terre à terre, j'appréciais tout de même le romantisme et la noblesse de caractère. J'imaginais que ce serait un véritable feu d'artifices le jour où Ron m'embrasserai pour la toute première fois. J'avais souvent imaginé ce moment et peut-être l'avais-je trop idéalisé. J'en avais même rêvée très souvent au point de me réveiller toute excitée avec le coeur battant la chamade et la respiration haletante. Seigneur, que s'était difficile de résister à ce genre de sentiments ! Le pire s'etait que je prenais cela comme de la folie passagère. Moi amoureuse ! Comment étais-ce possible !? O_o Et puis, il fallait voir les rêves que je faisais aussi ! J'imaginais souvent des situations où Ron me portait secours, un peu comme avec l'histoire du troll. Il arrivait aussi que se soit moi l'héroïne. Cela finissait toujours par un tendre baiser et parfois même par un gros calin qui pouvait s'avérer des plus torrides ! O_O

Cependant, il fallut attendre que j'en eus finis avec mes récriminations pour que le professeur Rogue, en bon prince (lol), m'invite à installer mes affaires. Celui-ci souriait, l'air amusé après qu'il m'eut gentillement écouté. Aaaah les soucis d'une adolescente devaient surement n'être que peu de choses en comparaison de la vie d'adulte. En tout cas, je n'avais pas vraiment hâte d'y être. Aussitôt, d'un signe de la tête, je compris que je pouvais procéder sans crainte. Prenant alors soin de déposer mon chaudron et de préparer mes ingrédients je n'avais pas remarqué que le professeur Rogue continuait à m'observer en silence et d'un air amusé avant de se remettre au travail.

Alors voyons... ah... je devais d'abord remplir mon chaudron au trois quart et allumer un feu. Rien de plus facile. Lorsque ce fut chose faite, je me saisis de mon mortier et de mon pilon après avoir déposé à l'intérieur 3gr de scarabées séchés dont j'avais pris l'exacte mesure à l'aide de ma balance en cuivre. Délicatement, je me mis à écraser mon ingrédient avant de le marteler par petits coups secs afin de réduire tout ça en poudre. Lorsque l'opération fut achevée, j'en déversais le contenu dans mon chaudron.Jetant alors un rapide coup d'oeil en direction du bureau, je vis le professeur Rogue plonger dans l'étude de ses copies avec un visage bien moins souriant que tout à l'heure. Peu... peut-être était-il en train d'examiner ma copie et ce qu'il y avait trouvé était en train de lui déplaire ? Glurps... oh non ! Ceee.. ce serait une catastrophe ! pale

« Si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à demander… » ,fit le professeur à mon intention sur une voix absolument normale.

" - Je vous remercie, Monsieur. Cela se présente bien pour le moment. " , répondis-je aimablement tandis que je songeais encore à ma copie avec une certaine appréhension. Certes, il s'agissait d'une nouvelle potion mais je sentais la confiance de mon professeur puisqu'il m'avait laissé procéder sans même me surveiller étroitement. Le philtre de Paix, la potion Wiggenweld, le polynectar, le véritasérum ou le felix félicis, voilà des potions difficiles à préparer... heum... il fallait rester concentrée... du calme, Hermione...

Sans perdre mon temps à rêvasser, je pris ma pipette ainsi qu'un flacon au fond évasé et gradué que je remplis avec 5 cl de bile de tatou avant d'en verser aussitôt le contenu dans le chaudron et de mélanger trois fois dans le sens des aiguilles d'une montre. Lorsque cela fut achevée, mon livre indiquait qu'il me fallait augmenter la puissance du feu jusqu'à une température de 290°c. Voilà, il ne me restait plus qu'à attendre que le mélange atteigne la température d'ébullition avant de songer à la suite. Un jeu d'enfant...

« Vous savez… » Ajouta le professeur Rogue d'un air pensif, les yeux toujours rivés sur les copies, à l’affut des fautes. « Vous devriez les laisser croire ce qu’ils veulent… Après tout ça ne change rien pour vous… Je dois bien avouer que je ne comprend pas pourquoi cela vous révolte autant, après tout c’est surement quelque chose de flatteur non ? Penser que Krum est amoureux de vous ? »

Un peu surprise par la remarque et l'interrogation du professeur Rogue, je venais de relever subitement le nez de mon chaudron avec un air emprunt à la fois de contrariété et de perplexité. Oui, après tout pourquoi devrais-je m'en offusquer alors que j'aurais pu me vanter d'avoir une star internationale de quidditch comme cavalier ? Pourquoi devrais-je me sentir révoltée alors que je venais de figurer en première page de la Gazette du sorcier ? Flatteur ? Que... que Krum soit amoureux de moi !? Quoi !? mais... mais... mais non, voyons !

" - Cela change tout au contraire, surtout si le moindre de mes actes est exagéré ou inventé afin de me calomnier dans la presse. Vous imaginez l'image que les gens auront de moi, surtout parmi mes relations ? " ,déclarais-je en fronçant les sourcils. " Viktor n'est qu'un ami et si j'ai acceptée de l'accompagner s'est uniquement à ce titre, parce-qu'il fut le premier et quasiment le seul à être venu me le demander. " ,fis-je en soupirant tandis que j'étais de nouveau en train de penser à Ron avec agacement. " Je ne suis pas une fille superficielle, ambitieuse et stupide au point d'être aveuglée par la célébrité, l'argent ou la beauté extérieure et je n'ai pas envie que se soit cette image là que les gens retiennent à mon propos. C'est aussi une question d'honneur pour moi de ne pas me faire passer pour quelqu'un ayant peu de vertu alors que je n'ai que quinze ans. Qu'en penseront mes parents, si jamais ils apprenaient ce genre de calomnies ? " ,déclarais-je avec gravité, d'un air quelque peu dépité et angoissé. " Evidemment, pour l'instant je laisse les gens croire ce que bon leur semble mais je trouve cela vexant et humiliant, d'autant que... enfin... " ,fis-je en m'interrompant en pleine phrase, comme si je venais subitement de perdre le fil de la conversation...

D'un geste nerveux, l'une de mes mains ajusta l'une des mèches de mes cheveux alors que je venais subitement de me pincer les lèvres. Devais-je me risquer à faire une confidence au risque de la voir publier le lendemain dans la Gazette du sorcier ? Pourtant, j'avais confiance en l'homme qui se trouvait en face de moi. Je savais qu'il n'appréciait pas spécialement Harry et Ron mais si jamais j'avouais que j'en aimais un autre ou pire qu'il me vienne à l'esprit de révéler le nom de mon amoureux secret, qui sait où tout cela me conduirai. Alors, non... le professeur avait raison. Je devais faire comme si tout cela me passait complètement au dessus de la tête mais jusqu'à quand ? Voilà la question ! Je me décidais donc à reprendre ma phrase là où je l'avais laissé afin de ne pas trop inquiéter mon professeur de potions.

" Viktor est trop âgé et je ne le connais que depuis peu. J'ignore quasiment tout de lui. A ses yeux, je suis spéciale car je suis la seule à ne pas avoir succombé à son charme et à sa célébrité, parce-qu'il me trouve intelligente, cultivée et plutôt jolie. La plupart du temps, il me regarde étudier et je trouve cela ennuyeux. Il n'y a rien entre nous mais Ron ne me croit pas et depuis nous sommes un peu en froid. Cela me fait beaucoup de peine. " , déclarais-je sur un ton normal mais avec beaucoup de regret sur la fin. Avoir de la peine était un doux euphémisme. Je souffrais tellement à cause de mes sentiments inavoués et de l'image qu'il avait de moi. Il avait suffit d'un beau garçon, d'une robe de bal, d'un peu de maquillage, d'une coiffure plus soignée et d'une paire de haut-talons (qui me firent horriblement mal) pour que cet imbécile réagisse comme un grand-frère au lieu d'avoir agit comme le prince-charmant que j'aurais voulu qu'il soit. Ron avait tout gaché en me faisant sentir misérable en Amour... snif...

« Copie parfaite Miss Granger… Comme d’habitude. » Commenta le professeur en plaçant ma copie sur la pile de celles qu’il avait déjà corrigé.

" - Merci, Monsieur " ,déclarais-je avec une mine soudainement réjouis. Poussant alors un soupir de soulagement, j'estimais qu'il était important d'ajouter quelque-chose par politesse. " Excusez-moi de vous ennuyer avec des soucis qui doivent vous paraître ridicule, professeur. Ce n'était pas mon intention... "

Après avoir achevé mes propos, l'étudiante que j'étais se remis au travail. Le contenu de mon chaudron commencait à peine à frémir. Il serait bientôt temps de passer à la suite de la préparation. Au moins, cela me faisait-il un peu de bien de pouvoir me confier à quelqu'un d'autre qu'à Harry ou à Heather. Un homme avec plus d'expérience pouvait m'aider à y voir plus clair si tant est que je puisse manquer d'objectivité. Peut-être aurais-je du en parler au professeur Mcgonagall puisqu'elle était ma directrice de maison et mon mentor mais je n'avais jamais eu l'occasion de le faire avec une bonne excuse...

_________________
Hermione J. Granger
GRYFFONDOR
4eme année

"Restez unis pour être plus fort" - Le choixpeau magique



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Severus T. Rogue »

♦ Admin ϟ Professeur de potions, directeur de Serpentard, mangemort et membre de l'ordre.



Age : 32
Messages : 170

Baguette : 29cm, bois de lierre, rigide, ventricule de cœur de dragon.
Camp : les deux
Maison : Serpentard
Patronus : une biche

particularités : Informulés, Occlumens, Legilimens

MessageSujet: Re: Entretien privé avec le Maître des potions [PV Rogue]   Sam 23 Juin - 16:21

" - Cela change tout au contraire, surtout si le moindre de mes actes est exagéré ou inventé afin de me calomnier dans la presse. Vous imaginez l'image que les gens auront de moi, surtout parmi mes relations ? Viktor n'est qu'un ami et si j'ai acceptée de l'accompagner s'est uniquement à ce titre, parce qu'il fut le premier et quasiment le seul à être venu me le demander. Je ne suis pas une fille superficielle, ambitieuse et stupide au point d'être aveuglée par la célébrité, l'argent ou la beauté extérieure et je n'ai pas envie que se soit cette image là que les gens retiennent à mon propos. C'est aussi une question d'honneur pour moi de ne pas me faire passer pour quelqu'un ayant peu de vertu alors que je n'ai que quinze ans. Qu'en penseront mes parents, si jamais ils apprenaient ce genre de calomnies ? Evidemment, pour l'instant je laisse les gens croire ce que bon leur semble mais je trouve cela vexant et humiliant, d'autant que... enfin... "

Severus avait beau essayer de comprendre, il ne parvenait toujours pas à savoir pourquoi elle était si vexée qu’on raconte des sottises à son sujet dans la gazette du sorcier… En plus, ça n’était quand même pas comme si cette langue de vipère avait raconté qu’elle sortait avec Goyle ou Crabbe… Entre nous, il valait mieux que les gens s’imaginent qu’elle était amoureuse de Krum même s’il semblait à peine moins limité que ces deux abrutis de Serpentards qui déshonoraient leur maison tellement ils étaient stupides… C’était peut-être parce qu’il avait l’habitude que tout le monde se méprenne sur sa propre personnalité.

Tout le monde le prenait pour un salaud sans cœur et sans pitié qui n’avait aucune conscience et prenait son pied à martyriser les plus faibles… Mais personne n’avait idée de se demander si c’était réellement ce qu’il était… Personne n’avait essayé d’être son ami depuis que Lily l’avait abandonné suite à une énorme bourde de sa part, d’accord ils ne se faisaient plus la tête mais leur amitié n’était plus du tout comme avant et l’un comme l’autre gardaient tout de même une certaine distance. En plus, ils ne se voyaient pas souvent puisque Severus ne supportait toujours pas James Potter… Il y avait bien Dumbledore qui s’évertuait à s’incruster dans sa vie sans lui demander son avis mais ça n’était pas la même chose, il avait sans cesse l’impression dérangeante d’être à la fois surveillé et manipulé à loisir…

Alors Severus, depuis longtemps déjà, s’était résigné au fait qu’il finirait par mourir tout seul et incompris, passant, même après la mort, pour un enfoiré de première qui aurait pu donner des leçons à Voldemort en personne… Mais que pouvait-il y faire de toutes manière ? Rien du tout, il ne pouvait pas devenir tout sucre tout miel du jour au lendemain et puis ca n’était pas du tout sa personnalité… Il avait un sale caractère mais si les gens cessaient de se brusquer à la moindre de ses remarques, ils pourraient peut-être se rendre compte qu’il avait juste un franc parlé et un humour étrange et sarcastique…

" Viktor est trop âgé et je ne le connais que depuis peu. J'ignore quasiment tout de lui. A ses yeux, je suis spéciale car je suis la seule à ne pas avoir succombé à son charme et à sa célébrité, parce qu'il me trouve intelligente, cultivée et plutôt jolie. La plupart du temps, il me regarde étudier et je trouve cela ennuyeux. Il n'y a rien entre nous mais Ron ne me croit pas et depuis nous sommes un peu en froid. Cela me fait beaucoup de peine. "

Et l’amusement de Severus revint au galop… Il ne pouvait pas se venter d’être un expert en la matière vu le désert total de sa vie sentimentale, mais il était flagrant pour lui que monsieur Weasley était jaloux et ça ne l’étonnait guère, le gamin ayant tendance à être possessif… C’était sans doute normal dans le fond, avec autant de frères et sœur, il devait avoir du mal à avoir quelque chose de bien à lui et à le garder juste pour lui… Alors dans ces cas là, on devenait forcément possessif avec tout et n’importe quoi - pas qu’il considère Hermione comme du n’importe quoi. Severus, pour sa part, était du genre possessif et exclusif parce qu’il n’avait jamais possédé grand-chose étant enfant…

« Il ne vous est pas venu à l’esprit que peut-être, monsieur Weasley était tout simplement jaloux ? » Demanda-t-il innocemment.

Severus, tout en discutant, continuait de corriger ses copies et tomba finalement sur celle d’Hermione qu’il lut avec plaisir avant de placer un O bien rond en haut de la dite copie et de la placer sur la pile des corrigés tout en informant Hermione de son nouveau devoir irréprochable.

" - Merci, Monsieur "

Severus releva la tête vers Hermione, légèrement surpris bien qu’il ne le fasse pas voir. Il n’avait pas l’habitude qu’on le remercie de quoi que ce soit alors les rares fois où cela se produisait, même pour la plus petite chose, cela le surprenait.

" Excusez-moi de vous ennuyer avec des soucis qui doivent vous paraître ridicule, professeur. Ce n'était pas mon intention... "

Elle se remis au travail comme si l’affaire était clause et sembla se débrouiller avec une certaine dextérité à propos de sa potion… Si seulement Albus le laissait faire prendre de l’avance à ceux qui étaient nettement plus doués que la normale… Mais non, il fallait suivre le schéma académique à la lettre et ne pas aller plus vite que prévu par l’enseignement et le conseil d’administration.

« Vous ne m’ennuyez pas Hermione… Croyez bien que si ça avait été le cas, vous l’auriez compris depuis bien longtemps… »

Oui, il n’avait jamais été du genre à s’embarrasser de politesses lorsqu’il voulait qu’on lui fiche la paix… C’était un fait bien connu de tout le monde.

« Je ne suis peut-être pas la personne la mieux placée pour vous aider dans tout ce qui concerne le sentimentalisme mais si jamais je peux vous offrir un point de vue le plus objectif possible, je m’en ferais un plaisir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Hermione J. Granger »

♦ Élève ϟ Gryffondor



Age : 22
Messages : 246
(c) Moonswolf044219
Baguette : Bois de vigne, ventricule de coeur de dragon, 27,8 cm, rigide.
Camp : Ordre du Phénix
Maison : Gryffondor
Patronus : Loutre argentée

particularités : Aucune

MessageSujet: Re: Entretien privé avec le Maître des potions [PV Rogue]   Dim 5 Aoû - 11:16

Si un jour où m'avait annoncé sans le moindre détour que j'aurais ce genre de conversation à propos de mes problèmes amoureux avec le professeur Rogue ou même avec n'importe quel adulte, je crois que j'aurai tout de même ri d'un air cynique. Je ne m'étais jamais confiée à quelqu'un, enfin... jamais totalement car en dehors de Harry et de Ron, seules Heather, Camélia et Ginny étaient suscéptibles de me servir parfois de confidentes dignes de confiance. Si malgré cela, je restais une fille très secréte s'était avant tout par peur et par habitude. Jamais auparavant on ne m'avait permi de devenir l'amie de quelqu'un. Jamais jusqu'ici, je n'avais eu l'occasion de tomber amoureuse, du moins avant mon arrivée à Poudlard. Je savais également à quel point il était difficile d'accorder sa confiance à quelqu'un, même en dépit des apparences et des promesses. Au début, ce que j'éprouvais pour Ron était difficile à comprendre. Comment deux êtres aussi différents et qui se disputaient toujours pouvaient-ils tomber amoureux l'un de l'autre ? C'était assez complexe et simple en même temps pour tout vous dire...

A mes yeux, il était important que l'on sache que je n'étais pas cette fille frivole attirée par la fortune, l'apparence et la gloire, ni celle qui était attirée par toutes ces choses superficielles qui me faisaient horreur. Je voulais que l'on me remarque pour ma personnalité avant même de songer plaire à quelqu'un mais jusqu'ici je n'avais jamais eu de succès. Après tout, mon allure de garçon manqué et mon caractère autoritaire en faisait fuir plus d'un. Je pensais jusqu'alors que l'Amour était une chose frivole et éphémère. Le coup de foudre était à mon sens de la poudre aux yeux car il était impossible d'aimer véritablement quelqu'un sans apprendre à la connaitre un minimum tout comme il était vain d'idolatrer des stars et leurs prétendues exploits lorsque toutes ces choses se trouvaient dans l'ordre de l'émotif et du visuel, non dans le champ de la rationnalité. Oui... je sais ! Dans le domaine de l'Amour, les choses tournaient parfois à l'irrationnelle. "L'Amour à ses raisons que la raison elle-même ignore". C'était tout à fait exact. il n'y avait qu'à observer ce qui était en train de se produire entre Ron et moi !

En dépit de ces actes diffamants de la part de Rita Skeeter, j'essayais d'en faire mon affaire, de ranger tout ceci dans un coin de ma tête et de ne plus y penser ni leur apporter une trop grande importance. Pourtant, il fallait bien admettre que cela me dérangeait tout de même assez pour me rendre nerveuse et de mauvaise humeur, bien que je m'efforçais la plupart du temps de ne pas le montrer. Si Viktor Krum s'était imaginé un seul instant que je pourrais succomber à son charme et à toute cette poudre aux yeux qu'il me lançait pour m'amadouer, il s'était lourdement trompé. Ce genre de choses exigeait beaucoup de prudence et beaucoup de patience, bien que son fan club et le professeur Rogue ne comprenaient en rien mes réticences à ce propos. Je trouvais cela vexant et humiliant d'être trainée ainsi dans la boue par ceux qui n'y connaissais rien et je me disais qu'il serait surement temps de remettre cette mégère de Skeeter à sa place une bonne fois pour toute avant qu'il ne soit trop tard. Tout ce que ces articles me rappellait s'était mon Amour pour Ron et la frustration que je ressentais à l'idée qu'il pourrait lire ou entendre parler de ces choses et se faire une mauvaise opinion alors que je rêvais, au contraire, de le voir se rapprocher de moi.


" Viktor est trop âgé et je ne le connais que depuis peu. J'ignore quasiment tout de lui. A ses yeux, je suis spéciale car je suis la seule à ne pas avoir succombé à son charme et à sa célébrité, parce qu'il me trouve intelligente, cultivée et plutôt jolie. La plupart du temps, il me regarde étudier et je trouve cela ennuyeux. Il n'y a rien entre nous mais Ron ne me croit pas et depuis nous sommes un peu en froid. Cela me fait beaucoup de peine. "

A moins de mentionner que j'étais amoureuse de mon meilleur-ami, je pensais avoir très bien résumer le fond de ma pensée et cependant le professeur Rogue continuait de me fixer comme si il ne trouvait pas cela angoissant. Mes sentiments étaient en train de me rendre complétement dingue. J'essayais pourtant de me plonger dans mes études afin d'oublier mais j'y mettais tellement toutes mes forces dans cette entreprise que l'on aurait dit que j'angoissais comme à la veille d'un examen. Il ne pouvait pas comprendre tout simplement parce-qu'il ignorait une information capitale, celle que je taisais depuis longtemps de peur de tout gacher et de m'attirer remarques et moqueries en tout genre. De toute façon, on me prenait toujours pour une fille un peu cinglée, alors... Après tout, avant ce fichu bal, je n'étais qu'une effroyable Miss je-sais-tout sans le moindre interêt pour les garçons. J'étais une pauvre fille moche et si peu interessante aux yeux de Ron alors que j'estimais valoir tout de même bien plus que ces petites idiotes de Beauxbâtons ou que bon nombre de filles fréquentant notre école de magie. Pourquoi fallait-il que cela m'arrive à moi !? Grrrrr... >.<

« Il ne vous est pas venu à l’esprit que peut-être, monsieur Weasley était tout simplement jaloux ? » Demanda le professeur Rogue, innocemment.

" - Et bien, je... " ,déclarais-je en m'interrompant subitement en pleine phrase afin d'observer le professeur, ce qui m'offrir quelques instants pour réfléchir. " Je ne serai l'affirmer avec certitude, Monsieur. J'ignore si il s'agit d'une attitude de grand frère ou bien... quelque-chose d'autre. Après tout, avant ce bal je ne semblais pas l'interesser plus que d'habitude. Il trouvait même surement amusant de me savoir seule dans mon coin à pester contre ce bal tandis que (je venais subitement de prendre un ton des plus sarcastiques) "toutes les autres filles auraient revêtues leurs habits de princesse pour aller se pavaner avec leur "prince charmant" dans un endroit d'une beauté et d'une superficialité navrante et préchi-nian-nian" ,affirmais-je tout en soupirant et en levant les yeux vers le sommet de la salle de classe. " Vous savez comme moi que les contes de fées n'existent pas et puis dans ce genre d'histoires les princesses sont toutes des petites idiotes et JE ne suis pas une petite idiote. " ,fis-je en fronçant les sourcils d'un air désapprobateur tandis que je songeais une nouvelle fois à toutes ces rumeurs et à l'issue même de ce fichu bal. Soupirant d'exaspération, je repris aussitôt une attitude plus normale. " Je n'ai jamais eu d'amis avant Poudlard. Quand bien même il pourrait m'arriver d'aimer quelqu'un, je n'aurai pas la moindre chance" ,affirmais-je l'air dépité et un peu triste, suffisamment en tout cas pour sentir que je n'étais pas loin de fondre en larmes. Heum... bon... il fallait que je cesse ces enfantillages et que je me remette immédiatement au travail. Le professeur, lui, continuait de corriger ses copies, l'air imperturbable. J'ignorais qu'il venait d'entamer la correction de mon devoir et pour tout vous dire, cela valait mieux ainsi, sinon j'aurais sans doute était bonne pour la crise de panique. Question

Quelques minutes s'écoulèrent, délai que je mis à profit afin de poursuivre la préparation de ma potion d'aiguise-méninge. Cela s'annonçait fort bien lorsque le professeur Rogue déclara avoir corrigé ma copie après y avoir placé la note maximale à son sommet. Voilà... lorsque vous n'aviez que vos études dans la vie, lorsque vous redoutiez d'échouer et d'être rejetée, savoir que l'on jugeait vos connaissances accéptables pour le monde auquel j'appartenais, cela m'apporter un certain réconfort. Cette peur ne m'avait plus quitter, même après m'être fait des amis car je redoutais aussi de les perdre un jour où l'autre. C'était ce qui me rendait plutôt possessive mais généralement rare étaient ceux à même de comprendre pourquoi je fonctionnais ainsi et pas d'une autre façon. Alors, lorsque mon professeur de potions me complimenta, je trouvais normal de le remercier pour cela mais également pour le temps qu'il avait accordé à l'étude de ma copie.

" - Merci, Monsieur " ,fis-je sur un ton aimable et un léger sourire. " Excusez-moi de vous ennuyer avec des soucis qui doivent vous paraître ridicule, professeur. Ce n'était pas mon intention... " ,déclarais-je afin de m'assurer qu'il n'y ait aucun grief entre nous. A peine déclarais-je ceci que je me remettais au travail avec beaucoup de concentration et d'application.

« Vous ne m’ennuyez pas Hermione… Croyez bien que si ça avait été le cas, vous l’auriez compris depuis bien longtemps… » ,fis le professeur Rogue en relevant la tête de sa pile de copie. Voilà qui était d'autant plus rassurant. Il était vrai que Severus n'était pas du genre à s'embarrasser de formules de politesse lorsque celui-ci souhaitait obtenir la paix. Après tout, nous étions tout à fait capable d'entretenir une conversation civilisée sans avoir à nous hurler dessus. Arf... ._. Voilà que que cela me faisait penser à Ron. (soupir) Si seulement celui-ci pouvait se confier à moi et partager mes sentiments. Nooon... il fallait que je reste là à manger mes émotions et à travailler comme une tarée afin d'essayer de me le sortir de la tête. Impossible, disiez-vous ? Oui et bien je commencais à m'en rendre compte, figurez-vous. >.<

« Je ne suis peut-être pas la personne la mieux placée pour vous aider dans tout ce qui concerne le sentimentalisme mais si jamais je peux vous offrir un point de vue le plus objectif possible, je m’en ferais un plaisir. »

La proposition du professeur Rogue m'étonna car j'étais loin d'imaginer qu'il puisse me proposer une aide quelquonque en la matière. Et bien oui... Ca vous arrivait souvent de parler de votre vie privée avec un professeur ? et le Directeur de Serpentard par dessus le marché ? Bon... malgré mes réticences, puisque cela m'était proposé gentillement, pourquoi ne pas essayer de lui expliquer sans forcément entrer dans les détails ? Qui sait si cela n'allait pas m'aider dans ma situation actuelle ! Alors, après un moment d"hésitation et de réfléxion, je finis par dire ceci :

" - Viktor n'est qu'un séducteur qui apprécie les filles qui lui résistent. Il les préfère à toutes les autres car elles sont rares et parce-qu'à l'instar du quidditch, il entrevoit cela comme un défi envers lui-même. Il est très doué en la matière, c'est certain, mais je suis amoureuse de quelqu'un d'autre. Voilà la vérité, professeur." ,fis-je sur le ton de l'evidence. " J'aurais quelques questions à vous poser, si vous me le permettez : Pensez-vous que des amis peuvent réussir à tomber amoureux l'un de l'autre ? Si il s'agit véritablement de jalousie, comment puis-je faire pour qu'il se déclare ? Et si c'est à moi de le faire, comment suis-je censée m'y prendre ? J'ai... enfin j'ai peur de me tromper et de tout gâcher, voyez-vous... (soupir), déclarais-je d'un air à la fois perplexe et victime d'une légère appréhension.


Bien-sûr, j'ignorais que le professeur Rogue fut autrefois amoureux de Lily Potter et qu'un malencontreux concours de circonstances lui avaient enlevé toutes ses chances. Il existait bien quelque-chose d'étrange et de puissant entre Ron et moi que nous ne parvenions pas à contrôler. Et si l'on considérait sa maladresse et l'impression qu'il m'avait donné, je me demandais si je ne m'étais pas fait de fausses idées. Après tout, avec une telle obséssion et dans l'incertitude, tout était possible ! pale

_________________
Hermione J. Granger
GRYFFONDOR
4eme année

"Restez unis pour être plus fort" - Le choixpeau magique



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Severus T. Rogue »

♦ Admin ϟ Professeur de potions, directeur de Serpentard, mangemort et membre de l'ordre.



Age : 32
Messages : 170

Baguette : 29cm, bois de lierre, rigide, ventricule de cœur de dragon.
Camp : les deux
Maison : Serpentard
Patronus : une biche

particularités : Informulés, Occlumens, Legilimens

MessageSujet: Re: Entretien privé avec le Maître des potions [PV Rogue]   Jeu 23 Aoû - 17:43

À la réflexion, le professeur de Potion lui-même était assez étonné par ce qu'il venait de dire. Ça n'était pas franchement dans ses habitudes de se mêler de la vie privée de ses étudiants, ou même d'y porter un quelconque intérêt. Mais après tout, le 'mal' était fait à présent et il avait parlé alors il ne pouvait pas revenir en arrière, question de principe car même s'il n'avait pas forcément les mêmes principes que le commun des mortels, Severus avait tout de même des principes et l'un des plus important, c'était de ne pas se contredire.

Miss Granger sembla hésiter un instant, visiblement peu à l'aise avec l'idée de confier ainsi des choses personnelles à un professeur et au professeur de potion détesté par la quasi-totalité des élèves de ce collège qui plus est. Mais elle fini par prendre une décision selon toute vraisemblance et bientôt, Severus la vit ouvrir la bouche pour rompre le silence qu'il n'avait lui-même pas rompu pour la laisser réfléchir tranquillement.

" - Viktor n'est qu'un séducteur qui apprécie les filles qui lui résistent. Il les préfère à toutes les autres car elles sont rares et parce-qu'à l'instar du quidditch, il entrevoit cela comme un défi envers lui-même. Il est très doué en la matière, c'est certain, mais je suis amoureuse de quelqu'un d'autre. Voilà la vérité, professeur. J'aurais quelques questions à vous poser, si vous me le permettez : Pensez-vous que des amis peuvent réussir à tomber amoureux l'un de l'autre ? Si il s'agit véritablement de jalousie, comment puis-je faire pour qu'il se déclare ? Et si c'est à moi de le faire, comment suis-je censée m'y prendre ? J'ai... enfin j'ai peur de me tromper et de tout gâcher, voyez-vous... (soupir),

Qu'un séducteur qui apprécie les filles qui lui résistent ? Elle y allait peut-être un peu fort non ? Enfin il voulait bien admettre que ce pauvre garçon avait le front bas et qu'il devait louer Merlin tous les jours d'être talentueux au Quidditch (d'ailleurs c'était surement pour ça qu'il ne se donnait pas tant de peine dans les études) mais de là à dire que son unique but dans la vie c'était de draguer les filles qui ne voulaient pas de lui... Enfin, les femmes, il ne les comprenaient pas alors imaginez bien que lorsqu'elles étaient encore en culotte courtes, il les comprenait encore moins...

Severus se mis donc à penser aux questions qu'elle lui avait posé, ne faisant lui-même pas le rapprochement avec son histoire avec Lily qui n'avait pas franchement grand chose a voir avec celle-ci. Est-ce que les amis peuvent réussir à tomber amoureux ? Et bien pour le peu qu'il avait entendu, on répétait à chaque fois que ces choses là ne se commandaient pas... Comment faire pour que Weasley se déclare ? Et bien ça n'était pas forcément une science exacte non plus... Pour sa part, vu le niveau du rouquin, il aurait bien penché pour le "tu le secoues bien fort en lui hurlant qu'il te plait et qu'il a intérêt de te trouver à son gout" en espérant que cet aveux brutal lui ouvrira les quelques petites portes de réflexion et de compréhension qu'on a bien voulu lui accorder à la naissance pour le différencier d'un banal singe de laboratoire... Mais il craignait qu'avec la brutalité et l'esprit emporté du gamin, cela n'aide Miss Granger en quoi que ce soit...

« Tout le monde pense que les sentiments, qu'ils soient bons ou mauvais, ne se contrôlent pas... Et bien souvent, je pense qu'il faut connaitre la personne pour avoir des sentiments pour elle - ou lui - et donc, il faut forcément passer par la case connaissance, voir amis, avant toute chose... Je dirais donc qu'il est tout à fait plausible que deux amis deviennent plus que ça l'un pour l'autre... »

Qu'avait-elle demandé ensuite ? Ah oui... Comment l'obliger à se déclarer... C'était une bonne question et entre nous, il n'y avait surement pas de réponse miracle qui marchait à tous les coups... Les enfants espéraient trop c'était évident... Ils avaient tendance à croire que la vie était un conte de fée... Enfin les jeunes filles, qu'elles aient sept ou trente ans, avaient malgré tout tendance à bien trop embellir l'amour et tout ce qu'il y avait autours...

« Je ne pense pas que vous puissiez réellement l'obliger à se déclarer... Malgré tout... Monsieur Weasley est réputé pour réagir au quart de tours alors servez vous de cette faiblesse et faite lui croire que vous vous plaisez avec Krum... Il ne pourra qu'y réagir s'il est jaloux... »

Et vu le bonhomme, il y avait peu de chances pour qu'il ne réagisse pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« Contenu sponsorisé »





MessageSujet: Re: Entretien privé avec le Maître des potions [PV Rogue]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entretien privé avec le Maître des potions [PV Rogue]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un entretien privé [Pv Pomona]
» Succulente dégustation [privé avec Hélio]
» [Terminé] Sois patient avec l'enfant aux yeux de diamant (Privé avec Loan)
» Entretien avec un vieux
» La patte dans le sac [privé Tempêtes de feuilles et Etoile d'argent]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Polynectar ::  :: Intérieur du château :: Cachots-